Négatif – Message reçu 3 sur 5 – A vous

Les journalistes et les blogueurs pas vraiment sur la même longueur d’ondes… Tu me captes, là?

Je crois que ça ne va pas du tout entre les journalistes et moi. Ça pourrait, pourtant, puisque ça va déjà un peu mieux avec les éditeurs. Ce n’est pas que je me prenne pour le centre du monde des blogs, comme la petite fonctionnaire israélienne persuadée que l’armée chinoise l’a nommée générale, dans la très drôle pièce d’Hanokh Levin, Douce vengeance et autres sketches. Non, mon narcissisme n’en est pas là du tout. Mais quand même, faudrait pas que les feuilles de chou poussent trop Mémé Magda dans les orties bloguesques.

C’est peut-être une forme de consécration que de recevoir, sur son mail de blog, le communiqué de presse des Inrocks? (Allez, avouez… combien sommes-nous à l’avoir reçu? Vingt? Trente? Cinquante? Plus peut-être!). J’aurais préféré trouver le dernier numéro par surprise dans ma boîte aux lettres. Bon sang, je ne pourrai pas cesser de pester contre nos amis journalistes tant qu’ils useront de méthodes aussi frustes. Voilà ce que je reçois : un mail tout coloré (étendard des Inrockuptibles), flashy, moderne, branché, pour me prévenir que le numéro dédié à la rentrée littéraire est sorti. Avec tout un gang de logos téléchargeables aux couleurs du magazine susdit. Croyez-vous que le chargé de communication de ce mailing se soit fendu d’un mot ou deux à mon égard? Du genre : Chère Magda, veuillez trouver ci-joint…? Même un truc pas personnalisé, j’aurais trouvé ça plus correct que cette absence totale d’explications. Mais il est vrai que c’est probablement une stagiaire, payée 300 euros par mois à un poste de CDI, qui m’a balancé cette promo pas très calibrée. Je ne lui jette pas la pierre, je lui tends plutôt la main et un billet de dix euros pour payer sa carte orange…

Le pire, n’est-ce pas, c’est que les bougres ont réussi leur coup. Ils voulaient sans doute, par leur communiqué de presse aussi glacial qu’une poignée de mains dans Bienvenue à Gattaca ou qu’un baiser de R2D2, me demander si je pouvais avoir l’amabilité de relayer l’information sur mon blog. J’aurais de toute façon acheté ce numéro des Inrocks : non seulement je le lis presque toutes les semaines, mais cet opus particulier me semble regorger de bonnes choses. C’est donc tout à fait dommage que nos amis les branchés ne daignent pas traiter la blogosphère avec un peu plus de respect.

Et, oserais-je le dire encore une fois? Ben oui, tiens, un peu mon neveu, que je vais oser : la plus petite d’entre toutes les blogueuses de mode aurait craché sur n’importe quelle marque de fringues, si elle avait reçu d’elle une pub pour un soutif, sans le moindre pourcentage de réduc ou sans le moindre goodies associé à la promo de l’objet. Parce que c’est comme ça. Les blogueurs littéraires parlent de livres, et un roman, c’est immatériel. Nous vivons d’air et de manque d’égards, c’est bien connu. A vrai dire, j’aimerais mieux que les journalistes ne nous demandent rien, plutôt que de s’adresser à nous aussi froidement.

Attention : ne me faites pas dire que je nie la qualité des articles de ce magazine. En dépit de son parisianisme qui peut virer à l’insupportable (mon snobisme en est froissé, c’est vous dire), je trouve qu’il est un des rares à mixer les infos culturelles du moment avec autant d’allant et de talent. J’en profite pour vous signaler que le journaliste Serge Kaganski, membre des Inrocks et plume plus qu’alerte, officie sur un blog culturel pas mal du tout. Comme quoi. C’est peut-être seulement leur service presse qui a un petit problème d’adaptation.

En bas du message reçu sur ma boîte mail, je lis la chose suivante :  » Pour ne plus recevoir ce communiqué de presse, répondre à ce mail en inscrivant « désinscrire » dans l’objet. »

Si je comprends bien, le fait que les blogueurs pourraient à leur tour employer le langage robotique ne les dérange nullement. Mesdames et messieurs des Inrocks, voici tout bêtement ma réponse, en prose normale, à votre glaciale auto-promotion.

Publicités

19 Commentaires

Classé dans Ma vie littéraire

19 réponses à “Négatif – Message reçu 3 sur 5 – A vous

  1. :-D

    très honnêtement je ne sais même pas si j’ai reçu ce communiqué de presse, car je supprime systématiquement les mails impersonnels, sans même les lire. Mais bon, les Inrock ne sont pas les seuls à agir de la sorte. Je crois que beaucoup d’organes de presse s’imaginent que nous sommes tellement « honorés » de leurs missives, qu’ils ne conçoivent même pas que nous puissions en faire fi.
    bah… c’est pas bien grave, un clic sur l’icône « corbeille » et on ‘en parle plus. ;)

  2. Ils ont encore deux-trois petits trucs à comprendre ces chers médias papier, c’est le moins que l’on puisse dire. Rien reçu de leur part (ça m’aurait aussi franchement étonnée, il faut bien le dire). Par contre j’ai récemment reçu une proposition charmante d’un certain animal céleste, qui avait beaucoup plus de classe et d’intéret que cette auto-promo des Inrocks, et si la poste y met du sien je devrais recevoir le livre de la sympathique bestiole incessamment sous peu :D .

  3. Ouais, bon b’en moi aussi je reçois des communiqués de presse pas personnalisés pour enlargir mon Donald Trump ou pour concéder 20 neurones TTC dans le but d’être mis directement en relation avec Romuald Guccione que j’ai perdu de relation depuis ma 6e 2 au collège François Legros.

    Mais bon, j’en fais quand même pas tout un billet pour faire genre que je suis vexé comme un pou.

    C’est peut-être ce qui me distingue des bloguinettes littéraires.

  4. @ Laurence : oui, c’est vrai, je pourrais juste cliquer sur la corbeille et ne plus en parler. Mais pourquoi ne pas en parler? Après tout je trouve que c’est intéressant, la façon dont les médias se gèrent entre eux (car le blog est un média amateur mais un média tout de même).

    @ Agnès : Ah oui le Castor Céleste!

    @ Christophe : je fais feu de tout bois, tu le sais bien. Et puis honnêtement : est-ce la même chose? Facebook et cie nous racolent pour grossir leur rang, pas pour que nous nous posions en prescripteurs.

  5. « Nous vivons d’air et de manque d’égards, c’est bien connu. » J’aime beaucoup. Ta phrase, hein, pas le manque d’égards. ;)
    Je vais te dire, je ne fais même plus attention à ce genre de courriel, et en plus je déteste les Inrocks (ouh, je vais me faire huer), ils sont trop snobs for their own good si tu veux mon avis et je ne les lis plus depuis longtemps.
    Sinon, ce n’est pas le castor céleste mais le castor astral, je dis ça, je dis rien. :)

  6. Allons Magda, calme-toi, respire par le nez et souris… pense que c’est l’été (argh zut, argument zéro, il flotte depuis ce matin).
    Plus sérieusement pourquoi un magazine papier ferait-il preuve d’égards particuliers à l’attention d’un media + ou – « concurrent » ? Hein ?
    P.S. : as-tu vu que j’ai parlé de ton bel ami cafardeux dimanche dernier ?

  7. il est vrai que la méthode laisse à désirer

    mais ce n’est pas étonnant.

    et en effet, on peut se demander si les journaux papiers ont réellement de l’intérêt pour nous

    mais si on regarde un peu on remarque qu’il s’agit d’anciens qui gèrent ces papiers, bref le net ce n’est pas pour eux, toujours un peu réac, ici.

    cette discussion redémarre le débat sur l’information sur le net, qui est parfois meilleure que sur le papier

    de mon côté je me demande pourquoi art press ne s’intéresse pas au net davantage que ce qu’ils font deja

  8. @ Fashion : ah oui oui oui tu as raison le Castor Astral. Bref on le connaît toutes. Mais chère Fashion, tu ne peux pas m’enlever toutes mes lectures. Déjà, grâce à toi, j’ai progressé : je ne lis plus ELLE. Et j’avoue ne pas avoir acheté Jalouse depuis deux mois. Mais si tu m’enlèves les Inrocks, je vais devenir beaucoup trop intéressante. Hihi.

    @ Cécile de Quoide9 : chère Cécile, oui j’ai remarqué que tu avais parlé de Gregor et je t’en remercie. En fait j’ai laissé un long com’ sur ton billet qui était super intéressant et ma connexion Internet a lâché. Quand j’ai restauré la session, j’étais écoeurée : il me fallait tout réécrire. j’avoue avoir eu la flemme. Pardon et merci encore.
    Quant à la pluie… moi j’adore! Au chaud avec mes livres, mon scénario, mon litre de Earl Grey et des films polonais… je suis bien une nordique, quoi.

    @ Stéphane : « mais si on regarde un peu on remarque qu’il s’agit d’anciens qui gèrent ces papiers, bref le net ce n’est pas pour eux, toujours un peu réac, ici. » Ça me rappelle une certaine conversation live, non? Hé oui. Les anciens qui verrouillent. Epuisant. Quant à art press, franchement je suis d’accord, ils sont méga grave à la bourrasse sur ce plan. Pour un magazine qui se veut défricheur, c’est grave!

  9. « Quant à la pluie… moi j’adore! Au chaud avec mes livres, mon scénario, mon litre de Earl Grey et des films polonais… je suis bien une nordique, quoi. »

    Remplace « scénario » par « mémoire » et « films polonais » par « musique baroque » et ça te donnera ma réplique ;) .

  10. @ Agnès : donc à Kiel, tu es au paradis j’imagine!

  11. oui oui

    il va falloir les tuer ces anciens

    à nous de jouer

    héhé

  12. @ Stéphane : on tient notre sujet là, non?

  13. Bon, j’avoue, je l’ai pas reçu, moi, le communiqué de presse des Inrocks.
    Magda, tu me l’envoies ? J’ai un besoin urgent de me renarcissiser.

  14. J’oubliais… D’Hanokh Levin, je recommande « Kroum l’ectoplasme » (vu à Montreuil). Intemporel.

  15. @ Sabine : t’es sûre que tu le veux, le mailing des Inrocks? Parce que franchement… pas grand intérêt. Mais si t’y tiens!
    Et quant à « Krum » : j’ai A-DO-RÉ! J’aime beaucoup le travail de Warlikowski sur la mise en scène. Et Levin est un très, très grand auteur. De qui était la version que tu as vue à Montreuil?

  16. Non, c’était de l’ironie – c’est vrai qu’on ne se connaît pas bien encore (mais on pourra sans doute se rencontrer, je suis aussi à Paris)…
    Sans compter que je suis moi aussi traquée par des tas de grands noms de la presse qui ont repéré mon blog in-con-tour-nable : pas plus tard qu’hier, je recevais une offre d’abonnement de Télérama, et ce matin, ce matin, tiens-toi bien, une offre d’abonnement du Monde ! Si si !

    Moi aussi, je porte Levin aux nues. La pièce que j’ai vue à Montreuil, en mai 2005, était mise en scène par Natascha Rudolf (j’avais une amie qui jouait le rôle de Félicia).

    J’avais aussi explosé de rire devant « Faut pas payer » de Dario Fo, en 2007 au théâtre des Amandiers à Nanterre.

  17. @ Sabine : oh, on a les mêmes goûts en matière de théâtre alors!

    T’as de la chance : moi, c’est les plombiers et les serruriers du quartier qui me traquent avec leurs flyers. Si je me sens seule avec mon art, je pourrais toujours composer un de leurs numéros au hasard. « Entrez monsieur, la fuite est au fond de la chambre… »

  18. Natascha Rudolf

    Un coucou à Sabine, la copine de Félicia :-)

  19. @ Natascha Rudolf : une consœur metteur en scène ici! Bienvenue!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s