Judas ou le chaînon poétique

No comment. Signé, Judas Magda Iscariote.

C’est très mal, c’est vrai, de renier sa parole. Je vois déjà mes chers Thom, Agnès et Fashion lever les yeux au ciel, ourler leur lippe majestueuse avec dédain et jeter Ce que tu lis aux orties intersidérales : moi qui ait refusé de participer à leurs tags en chaîne, voilà qu’on m’y reprend?

Mais cette chaîne-là, qui me vient des Cahiers de Suzanne, baigne dans la poésie la plus pure. C’est un jeu de hasard et de mots, un peu Sophie Calle, un peu Dada, qui ne peut me laisser froide. Alors je mise. J’abats mes cartes. Thom, Agnès et Fashion feront de moi ce qu’ils voudront (pendez-moi la tête en bas, comme la dernière fois, dixit Philippe Katerine).

Les règles du jeu

1) Indiquez le nom et le lien vers le blog de la personne
2) Prendre le livre que l’on lit actuellement ou que l’on préfère à la page 123.
3) Recopier le texte de la 5ème phrase et des 3 suivantes.
4) Indiquer titre et auteur du livre.
5) Choisir 4 autres blogeurs / blogeuses

Mon jeu de cartes

1) Je réitère : ça vient des Cahiers de Suzanne où sévit la belle Roxane.

2) Voilà, je le prends sur la table de nuit… ouh, quel suspense!

3) « Vous vous y connaissez en bibelots, hein? » dit-il d’un ton dégagé, et il prend un chiffon pour l’essuyer. La partie supérieure, vous explique-t-il soigneusement, était destinée aux toasts beurrés, la partie du milieu aux sablés, la partie inférieure à « deux sortes de gâteaux ». Pour l’instant, toutefois, elle remplit un tout autre office : sur le rayon du haut se trouvent son téléescope, sa boussole et une Bible ; au milieu sa correspondance qui consiste uniquement en ses enveloppes de salaires ; en bas, trône avec une imposante gravité, un pot de chambre qu’il appelle « le meuble de famille », auquel se rattache une mystérieuse histoire dont il me révélera un jour le secret ».

4) Le Quatuor d’Alexandrie, in Justine, par Lawrence Durrel.

5) J’aurais volontiers taggué Thom, Agnès et Fashion, mais je redoute le lynchage collectif. je jette donc mon dévolu sur Christophe, Arbobo et Amanda. Et pour la bonne bouche, je taggue ma correspondante de nuit, Sabine.

POST-SCRIPTUM SUPERFLU A L’USAGE DE QUELQUES LECTEURS CHERIS, MAIS MAL EMBOUCHES : ceci est une chaîne non-midinette et parfaitement snob littéraire. J’ai vérifié si tous les critères étaient compatibles. Et que pourrait bien foutre Lawrence Durrell dans les mains d’une midinette, non mais?

Publicités

15 Commentaires

Classé dans Voyeurisme littéraire assumé

15 réponses à “Judas ou le chaînon poétique

  1. Bah, je peux bien avouer maintenant que je regarde toujours ailleurs quand un tag circule histoire d’y échapper, alors… ;)

  2. Pingback: Judas ou le chaînon poétique ·

  3. Ayest ! J’ai riposté :

    http://quellesnouvelles.over-blog.com/article-22255782.html

    Je t’envoie ma note de pressing…

    Au fait, tu as quoi comme tablette graphique ? Une Wacom-me moi ?

  4. Ton autoportrait est à hurler de rire!!! ça fait deux bonnes minutes que je me marre comme une baleine; c’est gênant belle-maman n’est pas loin, je voudrais pas qu’elle pense que je me moque d’elle mais tu es tellement irrésistible avec ce rose à lèvres.
    Bon pour certains tu es peut-être pire que Judas mais t’inquiète tu es encore loin derrière Kouchner!!!
    Sinon tu as de la chance ton extrait est plutôt pas mal. « Brooklyn follies »est un bon roman mais l’extrait de la page 123 n’est pas top, c’est le principe de ce tag, c’est le jeu ma pauv’ Lucette!

  5. ps: je m’apprêtais à te tagguer suite à ton com mais tu m’as devancée :)

  6. @ Fashion : ah, ça c’est un aveu majestueux!

    @ Sabine : youpi, j’y cours! euh… tablette graphique? J’utilise Paint, quoi.

    @ Roooxane : oui, Kouchner me fout le bourdon…
    Et le pire, chère Rox, c’est que j’en porte vraiment, du rose à lèvres flashy… mais j’ai pas de barbichette.

  7. ah ah…. mais quel livre choisir ? Au hasard ? Pourvu que çe ne soit pas un Levy (ceci dit, chez moi risque pas !)

  8. je ne suis pas fana des tags, mais là j’ai une occasion en or de ne pas y céder chez moi ;o)
    puisque je ne cause que de musique chez moi,
    et que ni ma lecture actuelle ni mes livres préférés n’y sont liés.

    et tu as beau te défendre d’être midinette, la petite touche midinette qui te colle aux basques participe à ton charme, alors… :-) (c’est le vernis rose qui t’a trahie ^^)

    alors c’est parti, je suis en vacances donc par la force des choses ce sera ma lecture du moment :
    « Je ne compte pas sur toi pour mon travail, bien qu’il n’en manque pas. Je ne te considère pas comme un compagnon ; il te faut de la liberté. Je voudrais discuter avec toi ceci et cela, cher Goldmund, mais pas aujourd’hui, dans quelques jours. Tu peux, en attendant, tuer le temps à ta guise. »

    C’est tiré de ce Hermann Hesse que ta préférence m’a incité à prendre comme un conseil de lecture, « Narcisse et Goldmund ». La page 123 est en fait la 123e du roman dans l’édition « la pochotèque » du Livre de poche. Et l’ironie ‘est qu’au moment où j’écris ce comm je n’en suis pas encore à cette page, mais juste quelques unes plus tôt.

    soit dit en passant, après avoir entendu monts et merveilles de Hesse je m’attendais à être plus « pris », par le récit ou/et par la langue. J’anticipais du génie, je lis un bon livre.

    C’est très injuste d’anticiper :-)
    et ce qui me déçoit encore plus c’est de ne pas partager ton affection pour ce livre, j’aime aimer ce que les gens que j’aime aiment.

    (oh punaise cette phrase, mon clavier n’en revient que je lui aie infligé ça o_X)

  9. BLANDICES [blãdis] n. f. pl. (lat. blanditae). Charmes, flatteries (Vx.)
    BLANQUETTE [blãket] n. f. (de blanc) Ragoût de viande à la sauce blanche.
    BLAPS [blaps] n. m. Coléoptère nocturne qui vit dans les lieux obscurs.
    BLASÉ, E [blaze] adj. et n. Dégoûté de tout.

    Le petit Larousse illustré 1979 (Dictionnaire encyclopédique pour tous).

    C’est fou comme ça me va bien tout ça :-)

    Sinon, je ne taggue pas les autres, ça fait très mauvais genre sur mon profil FaceBook.

  10. Bonsoir à tous !
    Je viens squatter chez Magda… comme tout le monde. Je recopie ci-dessous l’extrait sur lequel j’ai atterri en page 123 de mon roman. Vous êtes chaleureusement invités à en découvrir plus sur mon blog :
    http://quellesnouvelles.over-blog.com/

    « Ton visage a changé, quand je t’approche tu n’as pas l’air content, tu es méfiant, tu ne te prêtes pas facilement à mes caresses, tu me fuis, tu m’appelles d’un nom qui n’est pas le mien, le nom d’une autre femme, d’une femme que tu as aimée jadis, je crois que tu penses à elle, je crois que c’est à elle que tu penses quand tu me vois, j’essaye de te distraire mais la maladie de A. te rapproche de ta femme d’antan, je m’efface, je m’efface de ta mémoire, je tente de résister, mais je m’efface. »

  11. @ Amanda : ben au moins tu te prêtes au jeu, pas comme les vilains garçons! Allez, je sais que tu vas nous dégotter une merveille.

    @ Arbobo : oh (soupir triste ayant pour but d’attirer la sympathie de l’admiré Arbobo). Quelle déception. Attends un peu : c’est peut-être en refermant Narcisse et Goldmund que tu te sentiras illuminé. Merci pour l’extrait. Moi, ça m’a fait vibrer.

    @ Christophe : oh (sourire joyeux ayant pour but d’inspirer la sympathie de l’admiré Christophe) tu m’as fait rire! « Blandices » est un mot merveilleux!!!
    PS : j’aime pas Fessebouc. Je le répète.

    @ Sabine : merci Sabine, j’y suis allée comme tu le sais, en tout cas ton extrait est très beau, tu es bien tombée!

  12. je l’ai fini ce soir sur le chemin du retour, magda,
    et c’est un grand tord de parler d’un livre avant de l’avoir fini :-)

    je maintiens l’absence de coup de foudre, en partie liée à sa langue ou du moins à ce que j’en lis à travers la traduction de Fernand Delmas, mais le propos est effectivement bon et très intéressant, cette découverte de l’art , cette quête de sa nature véritable, en même temps que quête de soi-même prend un tour qui m’attire bien plus après certains virages, après la plongée dans l’abîme je pense. Signe qui ne trompe pas, je suis passé d’un rythme de 10-15 pages par jour à 30-40 par la suite.

    quoi qu’il en soit je suis ravi d’avoir succombé à la curiosité de me frotter à ton goût :-)
    tu m’as ramené à la lecture de fiction, ne néglige pas la portée de cette performance.

  13. en même temps, ce « tag » pousse à son comble ce qui me gène avec les extraits.
    Même une page entière ne donne, au mieux,qu’un aperçu de la langue, du style.
    Et même 4 ou 5 d’une traite ne donnent pas grand chose du livre.
    ici, j’ai redécouvert après coup les 4 phrases que je t’avais citées, dans le contexte, avec une force évidemment bien supérieure (même si le livre ne m’a pas comblé).

    finalement, que ce soit par roman là que je joue à ce tag illustrant la frustration de l’art et sa fugacité est un hasard très heureux ^^

  14. Oui, enfin je me suis aussi laissé dire que les bédés de Riad Sattouf que tu lisais aussi au même moment auraient pu aussi passer dans ce tag, si ceux-là avaient proposé davantage que 48 pages (pas de p 123 dans la plupart des bédés, eh ouais…)

  15. @ Arbobo : quel bonheur! Je suis vraiment contente qu’il t’ait plu, finalement! Moi non plus, je n’avais pas du tout eu le coup de foudre pour « Narcisse et Goldmund ». C’est à partir de la moitié du livre que je l’ai dévoré – comme toi. J’ai un souvenir très fort d' »Aurélien » d’Aragon que je n’avais pas aimé lire. En le refermant, je l’adorais. Mystère!
    Quant aux extraits… c’est juste un jeu de hasard, un jeu amusant, un jeu de phrases sans queue ni tête, qui a une certaine poésie. Ce n’est pas pour donner le sentiment d’un livre, c’est pour le plaisir des mots seuls!

    @ Christophe : ah, Riad Sattouf, je n’ai jamais rien lu de lui, mais j’ai vu une interview que j’avais trouvé très chouette, et qui m’avait donné envie d’ouvrir une de ses BDs… c’est un ami d’un ami d’ailleurs, et il paraît que son héros est modelé sur un ami qu’ils ont en commun… tu me suis?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s