Nizan en Irak

zhina

Zhina, Kurde d’Irak, 22 ans.

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie ».

Cette phrase immensément célèbre est de Paul Nizan et introduit son premier roman, Aden Arabie, écrit en 1932.

Là où je me trouve en ce moment (dans la partie kurde d’Irak), cette phrase est chargée de sens. A vingt ans, en Irak, on ne s’amuse pas follement. Interdiction de flirter, mariage quasi obligatoire à 20 ans ; impossibilité de s’éclater en boîte de nuit, de voyager à l’étranger faute de visa ; restaurants trop chics et trop chers, et toujours le fantôme de Saddam Hussein dans un coin de la tête…

Et c’est pour cette raison que l’équipe avec laquelle je travaille a décidé de demander à des jeunes Irakiens, rencontrés à la fac, dans la rue, au café… si vingt ans était le plus bel âge de la vie. Alors voilà, chers lecteurs, une première interview d’une minute que j’ai réalisée hier… en français, car ma jeune interrogée de 22 ans a vécu huit ans en Suisse.

Interview (une minute) réalisée par Magda, à Suleymani, Irak, le 1er décembre 2008.

Chaque jour, sur le site de notre équipe documentaire en Irak, vous pourrez désormais retrouver une courte interview d’une minute maximum!

Publicités

8 Commentaires

Classé dans Ma vie littéraire

8 réponses à “Nizan en Irak

  1. Fafa

    Je crois bien que ne comprends pas l’idée de ces interviews. Dans les 90’s une série documentaire avait été faite sur le même mode. « Avoir 20 ans… » et se déclinait partout dans le monde. L’idée de fond était que la jeunesse et l’envie de vivre primait sur tout autre chose.

    Donc là je reste dubitative et pour le peu que je te connais j’ai bien l’impression que je n’ai pas compris l’angle que tu as choisi : « Vivre en Irak c’est horrible » « Avoir 20 ans en Irak c’est nul » ?

    Tu cites Nizan, pour lui 20 ans est un moment fétide pour plusieurs raisons : Le passage à la vie d’adulte où personne finalement ne sait vraiment comment faire mais aussi l’héritage social miroir aux alouettes face auquel la désespérance d’un jeune adulte est intense.

    Que peuvent dire les jeunes Irakiens de leur « héritage social », quelle est leur culture, c’est quoi leur vision du monde ? Est ce qu’ils veulent tous se barrer d’Irak parce que « quelle horreur ce pays » ? De leur âge et de leur pays qu’est ce qui leur semble réalisable ? Quel modèle proposent ils pour ce pays ? Quels souvenirs de la dictature et quelles leçons pour l’avenir ?

    Alors heureux finalement d’avoir été « libérés » de Saddam Hussein pour pouvoir enfin accéder à l’économie de marché ?

    Pourquoi la jeune femme que tu as interviewée est elle revenue en Irak ?

    Je suis sure que tu n’es pas surprise de constater que si me donne une miette d’interview sur le sujet je réclame séance tenante la boulangerie en entier. ;)

    A bientôt pour la suite des tes aventures.

    Et merci, donc.

  2. A l’inverse du commentaire qui précéde, j’apprécie ces tranches de vie qui nous permettent d’appréhender le réel d’une manière moins violente, même si je perçois les limites d’un tel exercice.

  3. Mo

    je suis un peu comme Fafa, j’en veux plus!!Pourquoi est-elle rentrée? Choix, pression familiale, obligation de visa périmé?
    Qu’est-ce qu’elle fait? Est-ce qu’elle a l’impression qu’elle pourra changer les choses?
    Peut-être qu’une fois la série achevée, l’impression sera très différente, on aura moins l’impression d’un sondage sans grand sens (perceptible)!

  4. @ Fafa et Mo : votre exigence, votre besoin d’en savoir plus, est bien légitime. Mais replaçons les interviews dans leur contexte purement cinématographique. Ce qu’on vous voyez, je l’ai bien précisé, est un extrait, le début d’une série de vignettes. La deuxième est déjà en ligne sur http://www.doku2.wordpress.com et il y en aura une troisième ce soir. Il s’agit de format Internet, non d’un documentaire monté et construit pour la télévision. Il s’agit, comme le dit Mohamed avec justesse, d’une tranche de vie.
    Je pourrais bien entendu vous en dire plus sur Zhina (nous sommes devenues amies). Mais d’une part ce sont des choses intimes – et c’est là toute la délicatesse de l’exercice documentaire par rapport au reportage pur et dur : la subjectivité, la réalité abordée d’un point de vue, non frontalement. D’autre part, ce sera l’objet d’une autre film. Ce que je vous propose de regarder là, ce sont des moments, des paroles du cœur.

    @ Mohamed : merci, tu l’as dit mieux que moi!

  5. mais avons nous à décider pour les autres si ce qu’ils vivent est cool/chiant/horrible/étouffant/épanouissant…
    mmmm?

    cette vignette je la vois aussi comme une incitation à nous rendre sur le site doku2, pour en savoir plus.
    Quant-au retour au pays, déjà on ne le « décide » pas forcément, en tout cas on n’en décide pas forcément le moment ni les modalités, et en fait on part rarement pour ne plus revenir, l’immense majorité des migrants venus en occident disent avoir un projet de retour à moyen terme (quelques années, pas 20 ou 30, plus 2, 3, 5 ans).
    Si forte soit l’attraction de l’occident, elle n’est qu’une partie de l’équation.
    je dis ça à partir de ce que j’en connais pour avoir l’avoir travaillé, malgré le ton employé n’y voyez pas de généralisation excessive ^^

  6. @ Arbobo : merci pour ces précisions. En effet, Zhina n’a pas « décidé » de rentrer du tout. Son grand rêve, c’est de retourner en Europe. Impossible pour l’instant… quand on sait que pour un Irakien il est quasiment impossible d’obtenir ne serait-ce qu’un visa de tourisme, c’est infernal pour voyager. Alors émigrer, c’est carrément le parcours du combattant.

  7. quelle aventure! je reviens depuis peu et je te retrouve en Irak!
    ça fait un peu drôle, mais c’est passionnant.
    Je viendrai plus régulièrement suivre ton nouveau travail; à bientôt.

  8. @ Sylvie : merci beaucoup d’être passée alors! Va jeter un œil sur le blog irakien, il y a plein de petites vidéos intéressantes! A bientôt!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s