La crise

cimetiere-berlin-la-penseuse2

Magda se prend la tête, et fait des photos sous la neige des cimetières berlinois.

La crise financière je m’en fous, je suis pauvre et je vis loin de tout épicentre économique normal – Berlin est un havre de dépouillement matériel. Non, non, c’est mon blog qui est en crise. En panne.

Vous l’avez remarqué, le rythme s’essoufflait ces derniers temps dans ces pages ; un billet par-ci, un autre par-là, deux semaines de vide, et un retard dans mes réponses aux commentaires qui ne m’est pas tout à fait coutumier. Pourquoi? Parce que je suis trop multitâches. Et c’est un ami, Monsieur Dear, qui a mis son doigt de scénariste dessus sans ménagement, a remué le couteau dans la plaie pendant une nuit entière de discussion, ce qui m’amène à vous écrire cette lettre que j’embouteille aussitôt et que je balance dans la Spree (la Seine berlinoise) en espérant qu’elle trouve un écho.

Auteur, metteur en scène, actrice parfois, réalisant même quelques films ovniesques, et me prêtant de temps en temps au jeu de l’installation théâtrale ou vidéo, chanteuse aussi et blogueuse par-dessus le marché, voyageuse éperdue, je suis tellement bardée d’étiquettes qu’à la fin, il m’est impossible de vraiment dire ce que je fais. Ce que tu lis est le reflet de ce joyeux bordel, un souk qui me demande finalement beaucoup de travail. Au départ, un blog sur les bouquins, ou plutôt sur les gens qui lisent les bouquins. Finalement, un fourre-tout culturel. Quand je vois la constance d’une Agnès ou d’une Fashion, la boulimie intelligente d’un Thom et l’ambition d’un Arbobo, le networking efficace d’une Cécile, je sais que je vais trouver chez eux l’info littéraire ou musicale qui m’intéresse. Mais ceux qui viennent chez moi, que veulent-ils ? Epineuse question que doit se poser le blogueur qui ne souhaite pas écrire à tort et à travers et respecter son lectorat.

C’est bien beau de donner son opinion sur tout. C’est ce que je fais. Cela dit, je ne considère pas la Toile comme un vaste dîner à mille personnes où chacun prendrait la parole en même temps, balancerait son avis parce qu’il a la simple possibilité de le faire et astiquerait inlassablement son ego pour le faire briller. En gros, ce que je défends dans ce billet, amis lecteurs, amis blogueurs, c’est l’idée que liberté d’expression ne doit pas rimer avec loghorrée informative. C’est pourtant ce qui se passe sur le Net, nous en sommes témoins tous les jours que le dieu Microsoft fait pour les citoyens virtuels que nous sommes.

Je réfléchis donc en ce moment à ce que va devenir Ce que tu lis. « Ce que tu fais », a suggéré avec humour Arbobo dans un commentaire récent. Mais je n’ai jamais considéré ce blog autrement que comme un lieu d’écriture et d’échange. Vous raconter ce que je fais toute la journée ne m’enverrait que grossir les rangs des blogueurs dit « persos », qui bavardent sur la couleur du ciel et postent des photos de leurs chats. Comme il me paraît impossible aujourd’hui de ne pas continuer à utiliser ce formidable moyen d’expression libre de ton et d’idées qu’est le blog, je suis bien obligée de tout remettre sur la table. Repenser ma petite ligne éditoriale Web 2.0.

L’information ET le plaisir, voilà deux directions importantes pour un blogueur. Autour de ces deux axes, il faut proposer un regard original. Je m’y suis efforcée – j’exige désormais plus de rigueur de moi-même. L’idée viendra, petite lumière bleue Windows tout au bout du tunnel… mais quand?

Publicités

22 Commentaires

Classé dans Ma vie littéraire

22 réponses à “La crise

  1. Xenia

    Eh oui, je vois bien grossir la bulle de cette crise, va-t-elle crever ? En tout cas je retrouve ta verve même dans l’introspection bloguesque, mais n’est-elle pas le fruit d’une nuit (trop) blanche ? Est-elle plus profonde ? Où cache-t-elle un autre nom? Mystérieux, tout ça!

  2. Ton introspection actuelle pourrait trouver un échappatoire dans la lecture de « Séjours à la campagne » de W.G. Sebald au cours duquel l’auteur allemand souligne toute l’ambiguité de l’acte d’écrire.

  3. Oh, tu sais, Ce que tu lis est quand même nettement plus agité que le Bic dans l’œil.

    Ou que Pop Hits.

    Et alors ? ne surinvestis pas ce blog, il est superfétatoire bien qu’indispensable : ce n’est pas un magazine, mais une respiration que tu dois utiliser quand cela t’arranges, quitte à nous faire lambiner 3 mois entre 2 billets. Nous saurons attendre, devrions-nous en souffrir horriiiiiiiblement.

  4. @ Xenia : c’est toi la mystérieuse lectrice, non? Héhé… oui, c’est une remise à plat profonde, dont le blog n’est qu’un symptôme.

    @ Mohamed : bon alors je vais aller l’acheter dans le texte… une bonne raison de plus de pousser un peu mon allemand. Merci pour le tuyau.

    @ Christophe : sans surinvestir, ce blog n’est pas juste une respiration pour moi, c’est une respiration disciplinée, type yoga bikram. Et lié à une vraie interrogation générale sur ce que je fais, pourquoi je le fais, etc. Comme je le disais plus haut à la mystérieuse Xenia… la panne bloguesque n’est qu’un symptôme…
    PS : ma mère vient de me rendre « A rebours » que je lui avais laissé à l’hosto en Grèce. Je vais pouvoir le reprendre là où je l’avais laissé. Et surtout, surtout, surtout l’emmener à Berlin. Je vais le lire devant mes fenêtres étincelantes de givre…

  5. Ce qui montre que le blog peut être une expérience créative (avec ses questions, ses limites, ses lecteurs…) ou/et récréatives (avec ses délires, ses blabla, ses conversations de comptoir…). J’y trouve pour l’instant le plaisir de me confronter à une certaine discipline (pour moi d’écriture, mais elle peut être d’autre chose). Mais le blog naît toujours de ce que tu fais/vis/expérimentes hors blog… (donc l’important se situe ailleurs…)
    Par exemple, j’aime bien ton travail sur les lecteurs.
    Tout ceci ne constitue pas une réponse à ta réflexion intéressante… Juste un avis ;-)

  6. Mo

    Moi aussi j’aime bien ce que tu fais sur les lecteurs. Et je viens ici surtout pour ta manière d’écrire, pour ta manière de mettre de l’art et de la littérature partout, pour ton esprit. Peu m’importe ce que tu me racontes (ou presque!), ce sont tes mots qui me plaisent – beaucoup.
    Bon courage, bonnes lectures!!

  7. mais ça n’était pas que de l’humour (en aurais-je à ce point que je ne m’en rends plus compte???)

    filmer, jouer, écrire, diriger….
    autant d’activités aussi nourrissantes que la lecture et qui méritent tout autant des billets, comme ceux sur ton séjour en Irak :-)

  8. superfaustine

    Je n’écris pas souvent sur les blogs des autres, mais j’avoue qu’au départ, Ce que tu lis m’a tapé dans l’oeil parce qu’on y parlait livre et littérature. Et puis au final, je reviens fréquemment, même si on parle d’autres choses, qu’on découvre des bouts de vie, des histoires plus ou moins drôles, mais toujours intéressantes.
    Le blog n’a pas forcément un but. Ca peut juste être un exutoire bien efficace qui évite à certains de servir de punching-ball. Je sais de quoi je parle…
    Tant que tu as des lecteurs et des idées, des opinions, des histoires, ton entreprise bloguesque ne connaîtra pas la crise.

  9. @ ficelle : c’est vrai tout ça… créativité, récréativité, discipline… et échange, j’ajouterai. Ma mini-crise bloguesque en fait, me permet de préciser des choses plus générales dans mon travail dans la vie réelle. C’est en cela qu’elle m’importe. Et puis tout bien réfléchi, j’ai trouvé hier une réponse. Peut-être pas LA réponse, mais UNE réponse. La suite au prochain billet, héhé… merci pour ton attention.

    @ Mo : adorable flatteuse, va. Ce qui est certain, c’est que mes mots, tu vas les lire encore et encore. Le blog est un plaisir trop grand pour que je le lâche.

    @ Arbobo : adorable flatteur, va. En fait, je veux juste trouver une forme différente. Pas très éloignée de Ce que tu lis, mais permettant d’autres développements.

    @ superfaustine : pour moi il est bon de me remettre en question (même si ce n’est pas une crise métaphysique non plus, faut pas déconner :-) ) car c’est justement parce que j’ai des lecteurs et que je veux les garder, mais aussi en connaître d’autres, que je veux développer mon blog dans une direction légèrement différente.
    Merci d’avoir écrit ici alors… et à bientôt, j’espère.

    @

  10. @ ficelle : c’est vrai tout ça… créativité, récréativité, discipline… et échange, j’ajouterai. Ma mini-crise bloguesque en fait, me permet de préciser des choses plus générales dans mon travail dans la vie réelle. C’est en cela qu’elle m’importe. Et puis tout bien réfléchi, j’ai trouvé hier une réponse. Peut-être pas LA réponse, mais UNE réponse. La suite au prochain billet, héhé… merci pour ton attention.

    @ Mo : adorable flatteuse, va. Ce qui est certain, c’est que mes mots, tu vas les lire encore et encore. Le blog est un plaisir trop grand pour que je le lâche.

    @ Arbobo : adorable flatteur, va. En fait, je veux juste trouver une forme différente. Pas très éloignée de Ce que tu lis, mais permettant d’autres développements.

    @ superfaustine : pour moi il est bon de me remettre en question (même si ce n’est pas une crise métaphysique non plus, faut pas déconner :-) ) car c’est justement parce que j’ai des lecteurs et que je veux les garder, mais aussi en connaître d’autres, que je veux développer mon blog dans une direction légèrement différente.
    Merci d’avoir écrit ici alors… et à bientôt, j’espère.

  11. Une de tes questions était : « que viennent chercher ici les gens qui me lisent ». Je suis comme Mo, à la limite peu importe sur quoi tu écris, ce que j’aime c’est ta marque de fabrique, ton angle de vue et la manière dont tu l’exprimes. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire à l’occasion de ce fameux tag consacré à nos blogs chouchous, ce que je recherche dans un blog c’est un éclectisme alliant culture et personnalité, humour et détachement, pertinence et qualité d’écriture. Il y a tout ça ici…

    Quant au « cadre » auquel tu aspires, je comprends tout à fait ton besoin, l’ayant ressenti moi-même il y a un peu plus d’un an lorsque j’ai repris une activité salariée qui m’a obligée à repenser le contenu de mon blog, ma motivation, tout ça… notamment en fonction du temps que je pouvais/souhaitais y consacrer.

    Une des voies que j’ai trouvées pour acquérir un peu plus de « rigueur » est de créer des rubriques récurrentes qui balisent le blog et créent des repères pour les lecteurs/trices… Ca a (un peu mais pas trop !) structuré mon blog, mes idées et mon temps.

    J’en ai essayé plein et abandonné certaines au bout de 2 ou 3 essais (une chronique hebdo TV s’est avérée une mauvaise idée dans la mesure où elle ne m’inspirait pas et celle que j’envisageais de consacrer à un tableau par semaine s’est hélas avérée trop chronophage pour être aboutir à un résultat intéressant) mais je suis assez fière de ma rubrique bloggesque dominicale, des samedis généralement musicaux et des divers jeux mensuels.

  12. Tiens au fait je t’ai tagguée samedi…

  13. En parlant de tag, tu comptes répondre ou pas au Tagathom ? Mister Kiki me suggérait de prendre la suite (j’aime bien le principe et les questions son plutôt amusantes)… Tu t’y colles ou tu me passes le relai ?

  14. @ Cécile : merci pour tes conseils… tu peux être fière de tes dimanches, je les adore, surtout que le dimanche, y a pas grand-chose sur la Toile. A croire que les gens bloguent au bureau. Hein? Quoi? Travailler plus pour… Ok je me tais.
    Tags : euh… non tu m’as pas taguée samedi ! et euh… oui reprends le tagathom si tu veux. Il est drôle et tout, mais je ne sais pas pourquoi, j’aime pas les tags. Enfin si, je sais pourquoi. Parce que c’est trop perso pour moi. J’adore lire ceux des autres mais je n’ai pas trop envie de me dévoiler moi-même (ou plutôt, pas comme ça). Pardon à tout le monde d’avoir bloqué la chaîne, reprends la bien vite.

  15. Voilà une réflexion qui ne semble pas aussi « bordélique » que toutes vos activités :-) J’étais essoufflée à la fin de la liste de tout ce que vous faites et je me demande encore comment vous le faites. Vous ne dormez jamais ? En tout cas, je ne peux que vous encourager à persévérer car vous avez dit une chose de poids à mes yeux : un blog doit générer absolument du plaisir, et pour l’auteur et pour le lecteur. Et puis selon moi, c’est aussi (surtout ?) une bulle de créativité…

  16. @ Gicerilla : je persévère ! mais je me demande simplement sous quelle forme. Il n’est pas question d’arrêter, j’ai trop de plaisir à écrit sur la Toile et à échanger comme nous le faisons en ce moment !
    (et en effet… je dors assez peu)

  17. Je suis comme les copines : quoi que tu écrives (et même si je ne suis pas toujours d’accord avec toi), j’aime te lire parce que j’aime ton style. Le blog c’est du plaisir avant tout, je ne suis pas sûre qu’il doive y avoir une ligne éditoriale rigoureuse derrière pour que ça fonctionne. (J’ai essayé moi aussi les catégories fixes à jour fixe, mais c’est manifestement trop de rigueur pour moi:)) J’espère juste que ce n’est pas un billet qui préfigure un adieu. Reste avec nous. On t’aime.

  18. @ Fashion : non, je ne vais pas partir, ne t’en fais pas ! Je cherche juste une nouvelle direction… merci pour ton message !

  19. Sit

    Je découvre ton blog (grâce à une de tes interventions sur L’expérience du désordre) et cela m’amuse de lire ce texte, car il exprime des questions qui tournent en boucle dans ma tête depuis que je l’ouvre de temps en temps sur le mien de blog… bref, je n’ai pas de réponse, ni même de pistes, mais tout ce que je voulais dire, c’est que l’image qui ouvre ce post suffirait à justifier le post de ce jour, voilà !

  20. @ Sit : je découvre ton blog aussi, et ça me plaît !
    Merci pour ton compliment sur cette photo. J’ai foutu en l’air mes pompes pour la prendre et j’ai bien failli profaner une tombe allemande en marchant dessus pour m’approcher au plus près du doux visage de cette éplorée.

  21. En ce qui me concerne, je n’ai pas de plainte à adresser ! J’aime ton blog, pour les sujets divers que tu traites, pour ton humour souvent, ton indépendance que l’on ressent, ta personnalité bien assise, bref pour plein de raisons diverses et variées qui font que, même sans la photo du chat, je reviens régulièrement…

  22. @ Liliba : merci Liliba ! Ces compliments me vont droit au coeur… et à la plume…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s