Le Pont des Arts

Natacha Régnier dans « Le Pont des Arts » d’Eugène Green (2004)

Connaissez-vous beaucoup de films qu’on puisse dire à la fois drôles, audacieux, intellectuels, émouvants et même métaphysiques?

Le Pont des Arts (2004) d’Eugène Green est peut-être le seul long-métrage que je puisse vraiment ranger dans cette catégorie. C’est l’histoire d’amour impossible d’un jeune homme qui découvre la voix sublime d’une cantatrice – mais celle-ci vient juste de se suicider.

Dès les premières séquences, Green nous impose sa prose à la Rohmer, mais avec beaucoup plus d’humour que ce dernier. Tous les acteurs, presque statiques, égrènent leurs discours très littéraires en faisant toutes les liaisons, même lorsque celles-ci n’ont aucun lieu d’être (« Breton Nest un très grand Técrivain », dit la drôlissime prof de surréalisme de la Sorbonne). C’est dans un Paris très « Quartier Latin-Saint-Germain des Prés » que nous emmène Green, à la fois pour le célébrer (plans magnifiques de la Seine et de ses îles) que pour le tourner en ridicule  : ainsi cette scène, où un célèbre directeur d’acteurs ramasse un gigolo sur un quai. En matière de préliminaires, il lui assène une heure de Phèdre larmoyante en tenue de lumière baroque.

Le petit monde parisien de la musique classique (et plutôt baroque, en l’occurrence), y est dépeint avec une justesse merveilleusement méchante. Denis Podalydès, décidément un grand acteur français (enfin!) incarne un chef de chœur célèbre sans jamais tomber dans la caricature. Ses mimiques, ses petits grognements satisfaits d’homme du monde et ses caprices sont à mourir de rire. Dans des intérieurs fleuris, tendus de soie et de velours, ponctués de meubles Louis XV, les personnages sont mis en lumière comme les figurants d’une peinture de Jean-Baptiste Santerre. C’est dans ces univers calmes et tout imprégnés des notes d’un clavecin céleste que se trament les drames métaphysiques de Pascal et de Sarah, les deux héros du film. Leur âme encagée souffre de ne jamais pouvoir s’élever au-dessus de la matière, par la faute des conventions bourgeoises ou aristocratiques.

La tendre Natacha Régnier offre un visage de madone fascinant au personnage de Sarah. Elle est portée en plus par la voix de Claire Lefilliâtre (voir vidéo ci-dessous), cantatrice baroque qui interprète le Lamento della Ninfa de Monteverdi de manière incomparable. La musique enveloppe le film comme un voile de soie, laissant une inoubliable mélodie dans l’oreille du spectateur.

Osé, le film l’est aussi par ses choix de montage (absence fréquente de raccords) et sa mise en scène quasi-statique. Celle-ci nous pose de cette façon un monde véritablement sclérosé, qui trouve sa seule grâce dans la merveilleuse musique de Monteverdi. Osé aussi parce que Green n’a pas peur des intrusions peu réalistes de l’au-delà dans la vie quotidienne. Une chanteuse kurde croisée la nuit dans la rue, apparition de conte de fées qui parle comme la Reine des Neiges. Sarah, la chanteuse suicidée, qui déclare son amour à Pascal sur le Pont des Arts bien qu’elle ne fasse plus partie de ce monde. »Tout ce qui est beau nous dépasse », dit-elle.

Eugène Green ne croit pas seulement à la réalité d’ici-bas. Ce qui lui permet de faire des films qui n’ont pas grand-chose à voir avec ce qu’on a l’habitude de trouver au cinéma en France. De quoi mon réconcilier avec cette dernière – et surtout avec Paris. Merci, merci, merci Monsieur Green, et faites encore des films, s’il vous plaît !

Publicités

16 Commentaires

Classé dans Cinéma

16 réponses à “Le Pont des Arts

  1. Depuis longtemps je rêve de voir un film d’Eugène Green – malheureusement j’ai entendu parler de lui pour la première fois après avoir quitté la France et il n’est pas connu ici je crois. Mais comme je vais à Paris en janvier, je veux absolument m’acheter ses films. A plus tard Magda!

  2. Mo

    Celui-là me tente nettement plus que « l’homme de Londres »! Et comme en plus il est dans ma bibliothèque…
    (avec tout ça je n’ai toujours pas vu « les ailes du désirs », je sais…)

  3. Sit

    Quoi ? Quelqu’un qui connaît Eugène Green (et qui aime) !!! Depuis Toutes les nuits (l’amie qui m’accompagnait ne s’est pas remise des fameuses liaisons !), je le suis de loin en loin, de beaucoup trop loin, en fait. J’étais en Angleterre à l’époque du Pont des arts et je ne l’ai pas vu… Cette fois, c’est décidé : je n’attendrai pas plus longtemps que demain pour aller voir La Religieuse portugaise. On en reparlera sans doute…

    • Eh bien tu vois, dans mon exil berlinois je ne savais même pas qu’Eugène Green venait de sortir un film, mais quel bonheur! je vais courir le voir à Paris avant Noël, c’est sûr – et oui, on en reparle of course.

  4. benito

    Merci je cherchais la version entendue dans le film, et grâce à vous j’ai pu la réentendre ? Savez vous si il existe une version disque ?
    Quelqu’un m’a dit (pas carla bruni) que le meilleur eugene green etait pour lui le premier…

    • Je ne sais pas s’il existe une BO, mais je sais que l’ensemble qui interprète ce morceau de Monteverdi est appelé Le Poème Harmonique et dirigé par Vincent Dumestre. Ils ont apparemment sorti plusieurs albums.

      Quel est le premier Eugène Green? Je ne sais pas, je le découvre moi aussi, « Le Pont des Arts » est mon premier Green. Mais l’amie qui me l’a fait découvrir ne cesse de me vanter « Le monde vivant ».

  5. Chouette, et merci pour l’article Wikipédia. J’irai donc moi aussi au MK2 puisque je serai à Paris pour Noël.

  6. benwa

    à une semaine près, nous aurions pu nous dire bonjour

  7. Je ne sais pas pour le film, j’ai du mal avec Natacha Régnier. C’est bête, mais un film, c’est aussi les acteurs. En revanche, quelle voix cette Claire a. Merveilleux choix qui me donne des envies de Père Noël et puis, un soupçon de blues aussi. J’en provite pour vous saluer Magda. Je pense à vous régulièrement, plongée que je suis dans Doestoevski… Lien infime, lien distant, mais lien quand même :-)

    • Merci Gicerilla – je pense à vous aussi et je vous lis! Quel Dostoïevski avez-vous choisi?

      Les disques de Claire Lefilliâtre sont aussi mes choix de Père Noël pour les autres, et je pense que cela va les séduire…

      A bientôt et bonne lecture russe (ça, ça me donne des envies de samovar!)

  8. benwa

    triste nouvelle : les deux films ne jouent plus

  9. excellent film que je revoie toujours avec plaisir bien que n’aimant pas la musique baroque mais adorant la sublime Natacha Régnier et le performance de Poladydès… Eugène Green, cinéaste et écrivain à suivre, de très près.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s