La cigale et la fourmi 2010

Je suis terriblement étourdie. C’est une horreur. Récemment, ma boss m’en a fait le reproche, plutôt violemment. Elle m’a demandé expressément de remédier à ce trait de mon caractère.

Je suis sortie de là éprouvée. Je passais en revue tous les trucs que j’ai pu oublier dans ma vie : mes clefs laissées à Paris, me laissant devant ma porte à Berlin par -20 degrés celsius ; un sac contenant des fringues neuves, abandonné dans les toilettes d’un cinoche ; les clefs de mon vélo laissées… sur le cadenas de mon vélo toute une nuit ; mon portable (je le zappe quasiment tous les jours) ; un costume de théâtre à 1000 euros sur un banc du jardin des Tuileries… Pire… mon carnet de notes très très personnel, oublié chez… un ex petit ami qui a du s’en donner à coeur joie, tiens.

Les gens réagissent souvent avec une animosité bizarre à mes oublis. Certes, c’est ennuyeux d’oublier un rendez-vous, mais je ne suis pas chirurgien cardiaque, personne ne va crever, que je sache. Stéphane ne m’en a jamais voulu (merci Stéphane pour ta patience d’ange…), lui.

Moi, je suis une artiste. Je dois bouffer des queues de radis toute l’année, parce que j’ai du fric une fois sur cent seulement. Je me prends le chou comme une dingue pour pondre des textes que personne ne lit ou presque. Je me plie en quatre pour celui qui veut bien lire mes mots, celle qui veut regarder mon film, celui qui veut m’applaudir sur scène. Mais cela n’arrive qu’une fois par an. Tout le reste du temps, être artiste, cela signifie : se prendre la tête entre quatre murs et manger du pain sec.

J’estime donc avoir le DROIT à l’étourderie. Mon seul luxe, c’est de rêver. Je suis étourdie parce que mon imagination décolle à chaque instant. Je n’y peux rien, moi, si l’esprit du Professeur Tournesol est en moi.

Je n’ai jamais aimé « faire attention ». Je n’aime pas compter. Je ne compte ni l’argent, ni les calories, ni l’amour. Mais ma boss me laisse entendre que je dois devenir raisonnable.

Raisonnable! Plutôt crever! Déjà, pour m’autoriser à être actrice, il m’a fallu 22 ans. Il m’a fallu 4 ans de plus pour comprendre que je pouvais être auteur. Et 2 de plus pour décider que j’avais le droit de faire du cinéma. Il m’a donc fallu 28 ans pour apprendre à ne PAS être raisonnable, et il faudrait que maintenant, je me range des bagnoles? Ah non.

Cela m’amène enfin au sujet littéraire de cet article : la fable de La cigale et de la fourmi de Jean de La Fontaine.

La Cigale, ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’Août, foi d’animal,
Intérêt et principal.  »
La Fourmi n’est pas prêteuse :
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
– Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
– Vous chantiez ? j’en suis fort aise.
Eh bien! dansez maintenant.

Toute mon enfance, on m’a seriné que la fourmi avait raison. Cruelle mais lucide, en somme, la fourmi.

Voyons cette fable sous l’angle des années 2010.

La fourmi, après une année d’horreur passée au bureau où elle a failli mourir d’ennui, a pris quelques vacances en Provence. La cigale chantait le tube de l’été, et la fourmi s’est empressé de la télécharger illégalement sur Internet. Tout l’été, la fourmi s’est éclatée à danser sur le hit de la cigale, en buvant des litres de bière pour oublier son job de merde. Et quand la cigale n’a plus rien à bouffer, pour avoir oser donner du plaisir aux autres avec sa chanson qu’elle s’est fait pirater à tout bout de champ, que fait la fourmi? Elle regarde la cigale périr de faim, en ricanant depuis la machine à café du 4e étage, service juridique.

La fourmi est une envieuse. Elle n’a pas d’ailes, elle rampe. Elle ne chante pas, elle reste parfaitement muette toute l’année. La cigale, elle, vole, se colle amoureusement aux arbres, se gorge de soleil, petit insecte hippie qui chante la joie de l’été. Oh, la joie de s’allonger au bord de la piscine en maillot, de lire des magazines stupides et de siroter un verre de limonade, accompagnée par la cigale vibrante! Pendant ce temps, que fait la fourmi, je vous le demande une fois de plus? Elle vous pique le cul et se glisse dans votre maillot jusqu’au dîner.

La fourmi, c’est Hitler : amasse, citoyen, obéis, et meurs! La cigale, ce sont les joyeux musiciens yiddish. Non, pardon, la fourmi, ce n’est pas Hitler, c’est une sale collabo. Elle bouffe à tous les râteliers. Si demain la cigale était richissime, elle lui lécherait les bottes. Si demain, ma boss voyait ma tête partout dans le métro, elle me vernirait les orteils au lieu de me demander d’être raisonnable. Il n’y a rien de pire que les collabos, surtout quand, comme la fourmi, ils se déplacent en colonies..

Tout cela pour dire, mes chers lecteurs, que je me demande si je dois vraiment cesser d’être oublieuse… ou quitter ce boulot. Mon étourderie, je ne la déteste pas. Imaginez-vous que je perde mon imagination en perdant mon étourderie! Non, décidément, je préfère continuer à perdre mes clefs.

Publicités

30 Commentaires

Classé dans Ma vie littéraire

30 réponses à “La cigale et la fourmi 2010

  1. Oh mais je préférais être une cigale; tant pis si je meurs de froid l’hiver! Alors, ta boss me paraît super exigeante, après tout, on ne peut pas simplement « rayer » une caractéristique comme ça. Je ne suis pas vraiment étourdie mais plutôt rêveuse et bordélique; les gens me le reproche mais faire le ménage, créer de l’ordre dans sa chambre m’ennuient, même si cela m’emmerde de devoir chercher des papiers à chaque fois. Pourtant quand j’étais avec J. en vacances, j’ai oublié des chaussures de randonnée deux fois dans les parkings; il m’en voulait vraiment et m’a dit que je l’avais fait exprès pour ne pas marcher avec lui. Il n’avait pas tort!

    • Hahaha pas mal l’histoire des chaussures de randonnée!
      Tous ces oublis sont évidemment freudiens… les clefs, le portable… « je n’habite nulle part et ne m’appelez pas, laissez-moi dans la lune… » bizarre, non?
      Sois bordélique! C’est tellement plus vivant que de vivre dans un catalogue Ikéa!!!
      On devrait créer une ligue des étourdis-bordéliques-rêveurs.

  2. @ Vanessa : copine de non-rangement ;) . On s’y retrouve bien mieux comme ça.
    @ Magda : Tu sais, faire attention juste au bon moment et avoir la tête ailleurs le reste du temps ça suffit dans la plupart des cas. Et ça ne veut pas forcément dire devenir raisonnable. Fais semblant de te concentrer plus et vois si ça suffit à calmer ta boss ;) . (D’ailleurs, nous révèleras-tu un jour ce que tu fais ? C’est cruel d’attiser ainsi notre curiosité :) )
    Et j’aimerais bien voir ton film…

    • Ah non je n’ai pas envie de dire ce que je fais… :) je me préserve sur la Toile.
      Tu as raison : faire semblant, c’est la bonne tactique! Je suis actrice aussi après tout… elle ne devrait y voir que du feu.

  3. on parle de moi?

    ahah

    moi je trouve que ton côté oublieuse comme tu dis participe de ton charme irrésistible

    sans dec, ta patronne tu la gifles
    et hop

    je suis autant agacé que toi par ces abrutis complètement enfermés dans leur pauvre vie médiocre. Les soumis.
    Toi, tu es révoltée, continue!

    ne te laisse pas abattre par une patronne, et puis quoi encore!
    et moi j’ai toujours adoré les cigales, en ce moment, je les entend chanter.

    pour le texte, oui tu as le temps, disons fin juillet ça te va?

    • Ah zut j’ai oublié de mettre un lien sur ton nom… voilà… pile dans l’article où je parle de mon étourderie maladive…

      Tu es gentil, merci pour ton message qui sent bon les pins et l’eau salée, comme je t’envie! Même si Berlin est merveilleuse en cette saison, pour moi l’été n’est pas complètement l’été sans quelques jours de farniente absolu dans le Sud de la France à me gaver de poisson grillé et de figues…

  4. Emilie

    J’admire ceux qui ont le courage de vivre ainsi. Quand je te lis, je ne pense pas à La cigale et la fourmi, mais à une autre fable, Le loup et le chien. J’envie la liberté du loup, mais pour l’instant je suis un chien au cou pelé, trop frileux pour se lancer. J’espère avoir un jour le courage de prendre ma liberté.

    • Chère Emilie,

      Ton message est tellement touchant. Ne sois ni loup ni chien : sois chat. Toujours prêt à retomber sur ses pattes. Cours des risques, mais mesure-les. Tu verras comme c’est facile et excitant. Et puis tente le programme de Julia Cameron « The artist’s way »… :)

  5. L’étourderie est toujours motivée par une sensation désagréable dit Freud. La seule chose précieuse dans l’étourderie est ce qu’on peut en tirer : de bonnes questions. Que vouliez-vous faire savoir à votre ex en lui laissant votre carnet ? Vouliez vous vraiment rentrer à Berlin ? etc.
    Votre étourderie tendrait simplement à vous indiquer que vous faites plein de choses qui ne sont sans doute pas en phase avec vos désirs…
    Allez Magda, regardez-moi dans les yeux, et dites-moi si je n’ai pas un peu raison… ;-)

    • Philippe, devant vos yeux de Prince Charmant, on ne peut que vous dire la vérité.
      Mais alors, mes désirs seraient-ils de vivre dans une roulotte de gitan en assassinant mes ex petits-amis? C’est possible. Haha! Je devrais me faire surveiller, moi…

  6. Excellente version ! Je n’ai jamais eu une grande attirance pour cette fourmi, moi non plus…
    Continue de faire tes rêves surtout ;-)

  7. Juste une preuve de plus de ton humilité et de ton non attachement aux choses matérielles. On fait pire . Tu n’as qu’à…oublier ces commentaires désobligeants. Demain est un autre jour. Tu veux que je t’offre un beau mouchoir brodé où tu pourras faire tout plein de noeuds ? :)

  8. Matt

    <3 <3 <3 <3 <3 <3 <3 la classe !! et encore un tiens <3

  9. Matt

    Je suis très fier d’être l’homme qui n’a jamais de réponse !
    même avec une salve de 118 coeurs, ça se fait rare de nos jours !

  10. Ah la fameuse fourmi, moi non plus je ne l’ai jamais beaucoup aimée celle-là. La cigale m’a toujours fait beaucoup beaucoup plus rêvé. Et décoller régulièrement du quotidien, c’est quand même un petit bonheur à préserver, non? Et les étourdis, moi, j’ai une affection toute particulière pour eux; ils ont souvent un coeur gros comme ça!
    Bises

  11. Eh bien je trouve ton post un peu tard, pour cause de trop de choses à faire dans la vie… mais tu m’as fait éclater de rire ! ne change rien, surtout ! et vive les cigales…

  12. Les références de la fin du billet gâchent hélas le message d’ensemble. Pourquoi évoquer Hitler et les collabo ?
    Que le fait que ton étourderie puisse gêner dans un cadre professionnel, tu t’en doutes, voire tu le sais… en quoi cela rendrait-il les gens qui t’en font part assimilables à des collabos (de qui ? de quoi d’ailleurs ?).
    Si tu as définitivement DROIT à ton étourderie comme tu dis, je crois que les autres ont aussi définitivement le DROIT de ne pas toujours s’en accommoder et le fait qu’ils le manifestent n’en fait pas plus des monstres que tu n’en es un en perdant tes clefs.

    • Chère Cécile,

      Pourquoi, dès qu’on fait la moindre allusion à Hitler, la majeure partie de la population se met à flipper? L’Histoire ne compte-t-elle pas des milliers de monstres? N’est-il pas permis de rire?

      Je crois que tu ne comprends pas du tout l’humour de ce post. Je n’attaque pas une personne en particulier, mais bien un système moderne où il n’est nullement permis de rêver, de ne pas être EFFICACE en permanence. Où le travail exige de nous une posture de robot.

      J’aime beaucoup ma boss, en vérité. Nous sommes différentes, c’est tout. Mais j’ai le droit de rire de la situation, il me semble. Et l’allusion à Hitler et aux collabos ne parle pas de ma boss, elle parle de la fourmi de La Fontaine, qui incarne une espèce travailleuse obsédée par la production et le résultat.

      Et j’en ai marre de cette obsession politiquement correcte qui fait qu’on ne peut pas évoquer le nom d’Hitler alors que Staline et Mao font toujours rire. On peut se demander pourquoi.

  13. Voilà un moment que je n’étais pas venu ici, et je découvre un joli billet, très bien écrit.
    Ah l’étourderie ! Ne t’en fais donc pas, tu n’es pas la seule. Tiens, dernier oubli en date: le four allumé, une pizza en train de cuire, hop parti en oubliant complètement. Ou les clés de Twingo, dans la voiture, portières fermées de l’extérieur…
    En plus de perdre la créativité, perdre l’étourderie, c’est perdre aussi des centaines d’anecdotes… Donc non, continue, concilie.
    Belle journée à toi

  14. je suis la mêmes !!!
    encore aujourd’hui , mon mari et mes enfants ont fait les frais de mon étourderies!!!
    4 km a pieds sous 37 ° !!
    voila je pourrais faire un livre de mes aventures!!!
    enfin voila ,être son propre patron est la meilleur des choses pour moi !!mon esprit peu voyager a gogo !!!

  15. LODOISK

    Merci, au nom de toutes les cigales du monde. Grace à vous, je commence bien mon gris lundi matin. Marre, marre aussi d’avoir à me justifier constamment ou de culpabiliser d’être ce que je suis. Petite cigale, tu vis chaque minute, joie et peine confondu, à 100% et as bien raison.

  16. Dom

    On peut être cigale et en être fier et le revendiquer haut et fort, le tout est de l’assumer « avec le sourire et sans se plaindre »… quelque soit la saison. Je connais trop de cigales qui vont taxer systématiquement les fourmis après avoir passer beaucoup de temps à les massacrer. Je connais quelques cigales, je les adore mais l’hiver elles doivent se débrouiller et ne pas venir dans ma remise à céréales piquer de quoi tenir le coup jusqu’au printemps suivant. :-)

  17. Dom

    Magda a dit : La fourmi de La Fontaine, qui incarne une espèce travailleuse obsédée par la production et le résultat.

    Non pas du tout, la fourmi n’agit jamais pour elle, il n’y a pas d’individualité chez la fourmi. Une fourmi se sacrifie sans problème pour son groupe. Tout ce que fait la fourmi, c’est pour toute la colonie. Contrairement à la cigale.

    Si l’Humanité prenait le modèle social des fourmis, ce serait … fabuleux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s