Berlin is not for sale

Illustration de mon nouveau blog Berlin is not for sale par Martin Etienne

Chers lecteurs,

Si j’étais si absente ces derniers temps, ce n’était pas pour cause de vacances ou de paresse bloguesque.

C’est parce que j’étais occupée à mettre au monde un nouveau bébé, le blog BERLIN IS NOT FOR SALE, avec quelques amis journalistes et une attachée de presse ultra efficace !

BERLIN IS NOT FOR SALE est un blog en anglais. C’est un guide underground de la ville. Nous avons créé BERLIN IS NOT FOR SALE pour aller à la rencontre des gens qui font bouger Berlin de manière éthique, non commerciale, créative. Nous filmons, photographions, interviewons des citoyens comme vous et moi, qui ont des initiatives intelligentes et étonnantes pour faire vivre leur ville.

Vous n’y trouverez pas l’adresse du dernier Starbucks ouvert en centre-ville, ni l’hôtel à la mode. Mais vous y trouverez des adresses plus secrètes, des marchés aux puces fabuleux et inconnus, des restos montés par une bande de potes avec courage et créativité.

Vous rencontrerez des musiciens, des écrivains, des boulangères, des peintres, des fous du vélo, des fashion-victims fanas de recyclage de vêtements, des architectes, des strip-teaseuses arty, des minettes de 24 ans qui viennent d’ouvrir une galerie avec leurs économies.

Si en plus, vous habitez vous aussi Berlin et que vous parlez l’anglais, vous pouvez rejoindre notre équipe ! Mettez votre talent au service de cette exploration urbaine alternative. Vous êtes auteur, dessinateur, photographe, musicien, caméraman, réalisateur? Ou tout simplement, vous avez une initiative formidable à Berlin et vous souhaitez être interviewé? Ecrivez-nous : berlinisnotforsale@gmail.com

Publicités

12 Commentaires

Classé dans Mon Berlin

12 réponses à “Berlin is not for sale

  1. Très belle initiative !
    Je souhaite plein de réussite à ton nouveau défi.

  2. Mo

    Bouhouhouhouhou… Je veux retourner à Berlin, et pas juste en vacances…
    Là il est trop tard pour que j’aille lire en anglais, mais j’irai faire un tour, c’est sûr!

  3. Je suis tombee sur ton blog par hasard en recherchant des photos de Blanche Neige le ballet qui s’est produit ce soir a Beyrouth. Et je l’ai trouve (le blog ) tres sympa. Voila.

  4. Antoine

    « …Si vous habitez Berlin et que vous parlez anglais ».
    Merci pour les Allemands.

    Ce sont justement les milliers de fashionistas venues du monde entier qui sont en train de détruire Berlin.
    Ceux qui vivent dans leur petit monde parallèle anglophones fait d’expos, de clubs, de restos.
    Ceux qui rachètent à bas prix les appartements destinés à la location et s’y installent grâce au fric de leur parents – cf Prenzlauer Berg , 80% des Berlinois d’origine virés faute de moyens par des branchés dont beaucoup de Francais et d’Anglo-saxons. Kreuzberg et Neukölln vont connaître le même sort.
    Si vous voulez faire quelques choses d’utile, rejoignez les associations (allemandes, bien sûr) qui luttent pour maintenir la mixité sociale (et pas pour que Berlin deviennent un Boboland anglophone).

    • Bonjour Antoine,

      Qui parle de fashionistas et de boboland anglophone ici? C’est votre vision des choses, et vous n’avez certainement pas regardé le site.

      Merci pour les Allemands?

      Il y a des tas de sites allemands pour lutter. C’est formidable. Mais je suis Française, notre équipe est allemande, italienne, anglaise, autrichienne. Nous sommes aussi le témoin d’une réalité cosmopolite de la ville, que nous aimons et que nous défendons haut et fort.

      Les assos aussi sont formidables. Ne faites pas de ce site, « Berlin is not for sale », ce qu’il n’est pas, ce n’est pas un mouvement politique. C’est un guide de la ville qui propose autre chose que Zitty, Ex Berliner etc. et s’attache à rencontrer les gens qui font la ville.
      Je n’aime pas le conservatisme qui pousse les gens à « préserver » leur petit quartier comme s’il était une pièce de musée, comme si les gens ne vivaient pas et ne faisaient pas évoluer la ville.

      Je vis à Neukölln, je suis peut-être une « branchée » comme vous dites – parce que j’ai le malheur d’aimer l’art, la musique et toutes ces choses qui me touchent l’âme. Mes parents n’ont pas de fric, et moi encore moins, ce sont des accusations rapides et injustifiées qui montrent que vous ne cernez pas le problème dans sa totalité. Si Neukölln est pris d’assaut par les artistes, c’est parce qu’il n’y a plus d’autre endroit où ouvrir un atelier et travailler avec 400 euros par mois de revenu (le mini job que vous connaissez peut-être).

      Il faut ouvrir les yeux, ce ne sont pas les artistes qui boboïsent les quartiers! Ce sont les investisseurs qui repèrent les quartiers occupés nouvellement par des artistes, et rachètent les apparts et les immeubles pour les revendre à des gens aisés. Vous ne voyez que la surface de l’iceberg lorsque vous accusez les artistes de « virer » les gens d’origine.

      De même que vilipender les étrangers qui ont le culot de s’installer à Berlin revient pour moi à une forme de xénophobie bien-pensante. Les Berlinois d’origine sont-ils une espèce en voie de disparition? (Savez-vous qu’ils ne peuvent pas blairer les Turcs et qu’ils supportent mal le mélange, de toute façon ?) En quoi un peintre Australien sans fric n’aurait-il pas le droit de s’installer à Kreuzberg? Qu’est-ce qui interdit aux gens de toute nation de voyager et de décider du lieu où ils veulent passer leur vie? Ce droit devrait être inaliénable. Qu’il s’agisse d’un Sénégalais ou d’un Australien, voilà mon avis.

      Les assos sont formidables, nous avons l’intention de faire des interviews avec elles, mais je suis désolée, « Berlin is not for sale » n’est pas là pour conserver tel ou tel quartier dans son jus d’origine, comme si les habitants étaient des cochons Label Rouge ou des poulets certifiés 100% Neukölln.

      Pardonnez-moi mon franc-parler, ce n’est pas une attaque personnelle, j’apprécie que vous souleviez la question car elle est importante. Mais j’aime qu’on voit le tableau d’ensemble et qu’on se concentre pour lutter contre un ennemi réel qui n’a d’autre nom que la spéculation.

  5. Antoine

    « Savez-vous qu’ils ne peuvent pas blairer les Turcs et qu’ils supportent mal le mélange, de toute façon ? »

    Excellent.

    Donc « ils », les Allemands, et particulièrement les Berlinois, sont de gros porcs fachos et Berlin vous appartient de droit, ainsi qu’aux artistes australiens et à quiconque, en fait, souhaite s’installer à Berlin. Rien à foutre de la mixité dans les Kiez. Moi, moi, moi. Ceci montre que vous n’avez strictement rien compris à la problématique de la gentrification. Peut importe, en fait. Berlin is dead.

    • No comment, ça manque trop de classe une réponse pareille. J’ai hésité à vous censurer mais après tout, c’est drôle ces agressions à répétition sur mon blog, il me semble que les gens n’ont aucune limite dès qu’ils approchent leur ordinateur, bien à l’abri derrière leur petit clavier et leur petit écran. Si vous n’aimez plus Berlin, alors quittez-le, et si vous n’aimez pas mon blog, foutez-moi la paix.

  6. Chouette initiative, je passerai souvent!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s