Archives de Tag: détachement

L’attaque du mini-soldat

snoopy-3.jpg

L’âge est venu frapper à la porte de ma niche ce matin.

Il s’est présenté sous la forme d’un vaillant petit soldat armé d’une lance, ou plutôt d’une pique : T’ES VIEILLE, T’AS UN AN DE PLUS!

Je n’ai pas eu le coeur de le refouler. Il était jaune et paraissait inoffensif. Je l’ai accueilli dans ma niche.

Mais je l’ai déjà vu. C’est lui qui se pointe tous les 6 mars depuis vingt-sept ans sur mon seuil, pour me rappeler qu’il reste beaucoup de choses à faire et que Rimbaud avait onze ans de moins quand il a écrit le Bateau ivre. Il va me gonfler toute la journée, je le sens.

Ce soir, je vais le noyer dans la fête et l’alcool et on verra bien ce qu’il en restera demain! ;-)

32 Commentaires

Classé dans Mal rangé

Jalouse?

vespa3.jpg

J’ai juste envie de faire plaisir à quelqu’un aujourd’hui. Voilà pourquoi cette photo n’a rien à voir avec le sujet qui m’occupe.

Je vais vous parler un peu de ma copine à qui tout réussit.

 Elle est super jeune – 21 ans.

Super belle – fine, blonde, yeux verts – elle a même été la doublure de Kirsten Dunst, vous conviendrez que ce n’est pas mal.

Super talentueuse – capable d’adapter du Dostoievski et de l’interpréter comme un homme de quarante ans du haut de ses vingt printemps.

Elle vient de tourner dans un gros budget et elle ne frime même pas. Son ex est la prochaine James Bond girl. Oui, mon amie aime les filles, et elle les choisit bien.

Elle écrit – elle allait se faire publier chez Flammarion, et puis non, « ce n’est pas mon heure ». Elle n’aime « que la poésie parnassienne ».

Et puis dans une soirée, le photographe et la rédac chef de chez Jalouse – mon magazine féminin chouchou – lui ont demandé de faire la prochaine couv’ et elle a répondu : je sais pas coudre.

Jalouse, moi? JALOUSE? Point du tout.

Parce que je vais l’interviewer à l’improviste un jour, et ça, elle ne le sait pas. Sur un truc affreux. Quand elle lira Point de Vue Images du Monde aux toilettes, tenez, ça vous branche?

Bien fait! ;-)

PS : En vrai, ma C., je t’adore.

33 Commentaires

Classé dans Mal rangé

Ma bulle de détachement

garfield132.jpg

Je suis rentrée de Berlin.

Non, Stéphane, Agnès, ne vous inquiétez pas, je n’ai pas disparu. Je pratique l’art du détachement bloguesque.

 C’est très difficile. Il s’agit de se foutre de tout, ou presque. Puisque le blog est une petite fenêtre narcissique que nous aimons à nous ouvrir sur le monde, il faut vraiment tout négliger pour ne plus rien avoir à raconter.

 Je suis devenue Garfield, chat aquaboniste et lundiphobe, puisque je me fous comme de mon premier Kinder Surprise de :

– mon Président de la République qui ridiculise mon pays chez Michel la Souris,

– mon super ami comédien qui s’est fait piquer un rôle par un crétin « fils de Machin »,

– mon futur nouveau loyer qui, garanties, cautions, EDF compris, va me coûter plus cher qu’un sac Chloé en édition limitée,

– mon frère qui a des gaz,

– mon incapacité totale à me remettre au travail correctement sans avoir bu six litres de vin blanc et fumé cinq paquets de Vogue (chez moi au moins, j’ai le droit de fumer non?).

Bref, c’est la débandade. Dieu merci, dans pas longtemps, je vais recevoir mon colis de SWAP, interviewer une vrai petite star du blog littéraire (elle se reconnaîtra :-) ), et finir mon gros pavé sur le Mur de Berlin (The Berlin Wall de Frederick Taylor, un bouquin formidable). Après tout ça, je redeviendrai intelligente et méchante, et j’écrirai plein de billets de râleuse snob littéraire. Peut-être, par exemple, que je lirai un roman de Marc Lévy et que ça réussira à m’agacer. Gnark gnark gnark.

Tout ça pour dire mes amis, que je n’ai rien à dire – mais que je vous aime quand même, vous, vos blogs, vos blagues, vos mails… me lâchez pas, continuez à écrire! Je vous rejoins bientôt!

Au fait, Garfield, vous ne trouvez pas ça génial, vous? Ce cynisme à poil me fait toujours autant rire. J’avoue, un peu piteusement, que c’est ma BD chouchou*. Et vous? Hé oui, il fallait bien que je parle un peu bouquins quand même… ;-)

*Bon, il y a aussi Astérix, of course, et puis Persépolis, et puis Tintin, et puis Fraise et Chocolat, et puis et puis et puis…

32 Commentaires

Classé dans Mal rangé

Julie lit « Le blog de Max »

Montpellier, dans l’appartement de Julie, le 2 décembre 2007

Julie, 25 ans, prospectiviste démographe, vit à Montpellier

p1050742.jpg

Julie et moi nous rencontrâmes en 1999 sur les bancs de la prépa Sciences Po à Paris. Cette indéfectible amitié qui nous liât immédiatement me consuisit hier chez elle, à Montpellier, pour une fumante soupe au potiron mijotée par son amoureux cordon bleu, Christophe. Julie me vanta à plusieurs reprises les mérites d’un livre qu’elle venait de finir. Je dus presque l’attacher au radiateur pour qu’elle accepte cette interview, mais comme vous allez le voir, cela en valut la peine. (Oui, j’ai adopté définitivement, comme vous pouvez le constater, chers lecteurs, l’emploi du passé simple, bien trop peu usité de nos jours, et qui sied à mon snobisme littéraire.)

Qu’est- ce que tu lis?

Le blog de Max, de Max. Max, on ne sait pas qui c’est. C’est un bloggeur (NDLR : Max est un bloggeur qui racontait sa vie de bureau jour par jour avec un humour assez féroce). Ou alors, s’il n’y a pas de nom sur la couverture, c’est parce que c’est un complot du Ministère du travail, qui essaie d’initier, à travers une subtile conception du management de l’entreprise, une nouvelle manière d’optimiser ses agents à fournir une productivité majeure pour la survie des PME, qui sont effectivement en danger, dans le monde très concurrentiel dans lequel nous vivons, où les petits se font manger par les gros.

Cool. Une phrase que tu aimes dans ce livre?

« Aux curieux entêtés, l’estocade est donnée par une carte postale en apparence anodine mais adossée de telle façon que l’oeil désorienté finit immanquablement par tomber dessus. Elle reproduit un tableau de Dali : Jeune vierge autosodomisée par les cornes de sa propre chasteté, 1954. »

Pourquoi ce livre?

Je fais un travail passionnant depuis un an : je suis fonctionnaire. Mon patron s’appelle J$£//!@biiiiiip (Julie bruite une censure avec talent), plus connu sous le nom de « Grand Manitou fou et incompétent ». Désespérée par une situation d’incompétence généralisée, ayant un vrai travail, rentrant dans la vie active de plain pied, de toute ma jeunesse et de toute mon énergie, une collègue m’a offert trois livres pour soigner ma dépression post-déjeuner. Tu sais, tu rentres à deux heures de ta pause déjeuner, tu es lourd, tu es mou, mou, mou, t’es un mollusque, tu mets ton doigt dans une oreille et il ressort par l’autre oreille, tant ton cerveau est mou. Ma collègue m’a donc offert trois bouquins, parmi lesquels Le blog de Max. A l’origine, c’était un vrai blog qui a eu vachement de succès, du coup, l’auteur s’est dit : je vais me faire de la thune en publiant ce blog chez un éditeur bien juteux (NDLR : Robert Laffont).

Et maintenant, qu’en penses-tu, de ce livre?

Ce livre m’a permis d’élaborer un concept en automanagement et conduite de projet en superstructure tout à fait intéressant, qui s’appelle : le détachement. Le détachement au travail, il faut le vivre pour comprendre ce que c’est. L’une de mes principales missions au travail maintenant, c’est de percer ce grand mystère qui habite ma vie et qui est le suivant : à savoir si les gens qui travaillent dans mon service l’ont tous découvert et le pratiquent tous. Moi, je l’ai découvert au bout d’un an, le détachement, et Le blog de Max m’a aidée à le découvrir plus tôt que les autres.

Le livre est hallucinamment bien écrit, d’autant plus pour un truc comme ça (NDLR : un blog, quoi. Merci Julie…). Pour que le gars puisse trouver des formules pareilles, je pense qu’il a dû glander pas mal de temps!

Avoue! Tu l’as lu au bureau?

Non! Je l’ai lu chez moi. Car j’ai découvert dans mon propre bureau d’autres personnes que je soupçonne d’être détachées. Elles traînent dans le couloir, soit physiquement, soit en jetant un oeil, alpaguent quelqu’un et commencent par parler d’un sujet super sérieux pour finir par parler pendant une heure de la pluie ou du beau temps. Ce sont des échanges salvateurs entre collègues de bureau, parce que ça doit faire au moins une heure qu’ils sont sur un tableau Excel ou sur Google, et ils ont envie de se décrasser la mâchoire… du coup, toutes ces rencontres pas du tout fortuites dans les couloirs de mon bureau ont considérablement rallongé mes journées de travail. Je n’ai donc pas eu le temps de lire Le blog de Max au bureau.

Mais cette situation : ne rien foutre au bureau, ne me convient pas. je suis jeune, je suis active, je crois au travail, je crois en l’action publique, je crois en la politique!

Quel est ton livre préféré?

Cent ans de solitude, de Gabriel Garcia Marquez. Mais alors putain, on est loin du Blog de Max, là. C’est des mondes parallèles!

Maintenant, fais-moi une grimace inspirée par ce bouquin!

p1050747.jpg

Classe…

Et désormais, Julie sera pour moi…

Celle qui n’a pas encore pris conscience qu’elle va se faire détester par la moitié de mes lecteurs si je ne précise pas la chose suivante : Julie a de l’humour, Julie est une bosseuse, Julie aimerait bien en faire plus au bureau – c’est pas de sa faute, si l’Etat français ne donne pas de boulot aux prospectivistes démographes.

Moi, je soupçonne certain(e)s d’entre nous de bloguer au bureau… je me trompe? héhé! ;-) Ah, je ne vise personne, hein…

17 Commentaires

Classé dans interviews de lecteurs