Archives de Tag: Irak

Premières dames d’Irak

equipe-femmes-irak

Etre une femme et tourner un film en Irak… yes, we can.

Vous souvenez-vous de mon voyage irakien? L’atelier de cinéma documentaire au Kurdistan d’Irak se poursuit à Suleymania, la deuxième ville de la région, avec les formateurs français et les stagiaires des télévisions irakiennes.

Avec, cette fois-ci, une belle nouveauté : une équipe entièrement composée de femmes tourne son premier film au Kurdistan d’Irak. Un grand pas pour le cinéma documentaire irakien, non?

Des films, des aventures, des gens, de l’humour, des rebondissements… suivez cette expérience hors du commun sur le très beau blog Doku3, réalisé cette fois par Darjeeling Bouton, en direct de Suleymania.

Partager le savoir-faire des cinéastes et des techniciens français avec un pays toujours à feu et à sang n’est-il pas une belle initiative? Apporter de la vie, de l’espoir, donner des envies de carrière et du courage à ces citoyens qui ne se sont pas laissés abattre par le conflit, mais relèvent la tête avec leur joie de vivre incroyable? Apprendre d’eux cette admirable attitude face à l’horreur de la guerre, et créer des liens d’amitié entre deux pays si lointains (la France et l’Irak)? Bravo encore à Fulvia Alberti et Baudouin Koening, à l’initiative de cette aventure cinématographique. C’est là que l’art prend tout son sens. Un art connecté à la réalité, qui rend le quotidien tout à coup plus vivant.

Publicités

12 Commentaires

Classé dans Au gré de la Toile

Un temps pour l’ivresse des chevaux

06040902421529

Bahman Ghobadi (à droite) dirigeant Ayoub Ahmadi sur le tournage d' »Un temps pour l’ivresse des chevaux ».

Bahman Ghobadi est un réalisateur Kurde iranien dont j’ai beaucoup entendu parler lors de mon passage en Irak. Il fallait que je découvre son travail, et j’ai commencé par Un temps pour l’ivresse des chevaux, étrange titre pour un film surprenant, Caméra d’Or au Festival de Cannes en 2000.

Ayoub, ses deux sœurs et son petit frère difforme handicapé par une maladie hormonale, se battent de toutes leurs forces pour survivre dans un monde où tout les écrase et personne ne leur vient en aide. Avec d’autres enfants, ils se livrent au trafic de marchandises entre l’Irak et l’Iran, sous la coupe d’adultes froids et sans considération pour leur jeune âge. Les marchandises sont acheminées à dos de mule, des mules à qui l’on fait boire de l’alcool pour les aider à lutter contre le froid et la crainte des embuscades tendues par la police. Dans la neige épaisse des montagnes kurdes, les enfants en ribambelle suivent les chevaux harnachés de pompons multicolores, eux-mêmes chargés de lourds paquets sur leurs épaules qui n’ont que dix ou douze ans… et parfois moins.

Sans aucun misérabilisme, et parfois avec un humour subtil, Bahman Ghobadi nous donne à voir une enfance détruite qui reste vaillante, pure et généreuse face aux coups du sort répétés et à l’égoïsme terrifiant des grandes personnes. Solidaires entre eux, les enfants de ce film agissent comme de véritables adultes, prenant soin des plus faibles, travaillant pour subvenir à leurs propres besoins et partageant le peu qu’ils ont entre eux. On peut y voir une métaphore, celle de l’espoir d’une génération meilleure pour le Kurdistan, une génération prête à affronter les tourments du monde sans pour autant marcher sur les pieds de son voisin. Etonnante scène où Ayoub rencontre un enfant serveur dans un café, qui, avec le sérieux d’un adulte et la fraîcheur de coeur d’un enfant, lui explique comment il faut agir pour se faire payer et respecter par les trafiquants de marchandises.

Le film pose mille questions, ne donne pas de réponses, à part celle-ci : la pureté du coeur existe, le courage n’est pas forcément lié à la force et à la violence. Film peu bavard, étiré dans des plans superbes d’enfants en pantalon traditionnels qui bondissent sur les crêtes enneigées des montagnes, et d’intérieurs « peints » comme des toiles de Le Nain. La puissance émotionnelle de l’histoire n’est jamais soulignée que par le jeu sobre et incroyablement juste de ces enfants acteurs. Parions que les yeux profonds du petit Ayoub resteront gravés dans votre mémoire cinématographique.

4 Commentaires

Classé dans Cinéma

Dernière lectures urbaines

metro_paris_2

Merci à Sébastien Fantini, un inconnu du Net à qui j’ai volé cette belle photo du métro parisien.

Le métro parisien… Vous connaissez peut-être l’histoire d’amour-haine qui me lie à lui. Je déteste ses couloirs, ses wagons, ses malotrus, ses obsédés sexuels, ses jingles d’information, et sa poésie à deux balles affichée au dessus des pubs Wall Street Institute… Mais c’est tout de même un endroit magnifique pour se régaler en lisant par-dessus l’épaule de ses voisins. Voyeurisme littéraire dont tous les Français semblent affectés.

Or, je quitte bientôt ce serpent de métal vert chewing-gum. Je ne le verrai plus, je ne l’entendrai plus et je ne le subirai plus. A peine rentrée d’Irak, je fous le camp pour Berlin, et pour un bon bout de temps. Je ne pouvais donc décemment pas quitter Paris sans jeter un oeil sur les lectures de mes concitoyens de la ligne 13. Dernières impressions des lecteurs du métro parisien, volées au portable… j’en connais une qui va aimer ça.

photo080

Un jeune homme lit un article sur le Sahara dans Jeune Afrique, (petite dédicace à mon ami Jamal Penjweny qui travaille notamment pour eux comme photographe depuis Bagdad !) quand un coup de fil de sa môman le somme de dire où il se trouve : « Je suis dans le métro, je peux pas parler fort, Maman ». Deux secondes plus tard, il hurle : « Dans le métro, Maman! ». 

photo001

Un cadre sup’ travaille son accent chinois dans un grand classeur, sa mallette à ordinateur portable sur les genoux. « Na o cheu… chi chan oh cheu… » (transcription grossière et minable, pardon à toute la communauté chinoise de Paris). J’adore. 

photo000

Petit bonus très flou pour les fêtes… Ambiance eighties, un couple d’amoureux à une heure trente du matin… lui, tenait Demande à la poussière de John Fante à la main. Je ne sais pourquoi, je trouvais cela follement romantique…

5 Commentaires

Classé dans Ma vie littéraire

Merci Télérama

shilan

Shilan, ou avoir 20 ans en Irak, comme le relaie Télérama.

Petit billet express, pour vous dire que le site de Télérama nous a fait l’honneur de nous consacrer un bel article sur l’atelier de cinéma documentaire en Irak pour lequel je travaille en ce moment.

C’est ici, et c’est vraiment la classe.

Merci Télérama!

Et pour fêter ça, la petite interview de Shilan, 23 ans, Kurde d’Irak, que j’ai réalisée la semaine dernière. Toutes les autres vignettes d’interviews sur « Avoir 20 ans en Irak » se trouvent sur notre site.

8 Commentaires

Classé dans Ma vie littéraire

Nizan en Irak

zhina

Zhina, Kurde d’Irak, 22 ans.

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie ».

Cette phrase immensément célèbre est de Paul Nizan et introduit son premier roman, Aden Arabie, écrit en 1932.

Là où je me trouve en ce moment (dans la partie kurde d’Irak), cette phrase est chargée de sens. A vingt ans, en Irak, on ne s’amuse pas follement. Interdiction de flirter, mariage quasi obligatoire à 20 ans ; impossibilité de s’éclater en boîte de nuit, de voyager à l’étranger faute de visa ; restaurants trop chics et trop chers, et toujours le fantôme de Saddam Hussein dans un coin de la tête…

Et c’est pour cette raison que l’équipe avec laquelle je travaille a décidé de demander à des jeunes Irakiens, rencontrés à la fac, dans la rue, au café… si vingt ans était le plus bel âge de la vie. Alors voilà, chers lecteurs, une première interview d’une minute que j’ai réalisée hier… en français, car ma jeune interrogée de 22 ans a vécu huit ans en Suisse.

Interview (une minute) réalisée par Magda, à Suleymani, Irak, le 1er décembre 2008.

Chaque jour, sur le site de notre équipe documentaire en Irak, vous pourrez désormais retrouver une courte interview d’une minute maximum!

8 Commentaires

Classé dans Ma vie littéraire

Tout est là

rojgar_fillette

Rojgar, la petite héroïne d’un des films des cinéastes irakiens avec lesquels nous travaillons.

Chers lecteurs,

Pour la littérature, il faudra m’attendre un peu… et pourtant, j’en ai, des bouquins dont j’ai envie de vous parler! Mais je suis toute à mon cinéma documentaire en Irak…

Tout est là : mes aventures irakiennes sont donc ICI. Le nouveau blog est en ligne et vous pourrez suivre nos pérégrinations avec les jeunes cinéastes irakiens.

Salam!

5 Commentaires

Classé dans Mal rangé

Boum

canalisation-gaz-explosee-mini

Près des bureaux de la communication du parti Komala (le parti communiste iranien en exil), Sorain, que l’on voit de dos, me montre la canalisation de gaz qui a explosé en plein Suleymani, au Kurdistan d’Irak où je me trouve en ce moment.

« Ce n’était pas un attentat », m’explique mon interprète, « seulement une explosion de gaz ».

C’était juste avant un déjeuner dans l’urgence avec une vingtaine de combattants peshmergas, assis en tailleur sous le portrait de Karl Marx. On avale du riz et de la viande dans des galettes, un thé sucré et tout le monde repart travailler. Ici, les membres du parti Komala sont en exil, ils travaillent dur, n’ont pas d’argent et pourtant, ils prennent le temps de me faire partager leur repas. « Si nous rentrons, nous sommes exécutés », m’explique l’un des journalistes. « En Iran, si tu ne crois pas en Dieu… » Il éclate de rire. Et m’offre de m’emmener visiter le camp d’entraînement des peshmergas. « Ce n’est pas dangereux? » Ma naïveté le fait rire très fort. « Pas du tout! »

Sorain, son équipe et moi, nous partions ensuite en repérage pour leur film documentaire, dans un petit village où vivent des réfugiés Kurdes d’Iran. Là-bas vit une jeune fille de quinze ans qui se travestit en homme pour gagner sa vie et survivre seule, malgré la honte…

C’était un petit salut en passant d’Irak, en attendant que la nouvelle version du blog de l’Atelier Kurdistan d’Irak soit en ligne! A très vite!

4 Commentaires

Classé dans Mal rangé